Temps de téléchargements

downloads-fre-png-data

Posted in Information | Comments Off on Temps de téléchargements

L’aide financière suisse pour le développement dans le monde

Posted in Economie, Information | Comments Off on L’aide financière suisse pour le développement dans le monde

Halloween

Halloween

Posted in Général | Comments Off on Halloween

La fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres

La région de la Broye accueille la 44e édition de la Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres lors du dernier week-end du mois d’août. Il s’agit de la plus grande manifestation sportive de Suisse, avec 250’000 visiteurs attendus en l’espace de trois jours.

Lutte

La Fête fédérale de lutte est le fruit d’une longue tradition, puisqu’elle a été organisée pour la première fois en 1895. Depuis, elle a lieu tous les trois ans. La dernière édition s’était tenue en 2013 à Berthoud (canton de Berne) et avait vu le sacre de Matthias Sempach, agriculteur et boucher de formation âgé de 27 ans, 1,94 m, 110 kg.

Le Bernois Matthias Sempach est le noveau roi de la lutte suisse. (Reuters)Matthias Sempach, roi 2015 de la lutte suisse.

Il est de tradition que la fête fédérale se déroule tous les quinze ans en Suisse romande. Après Nyon (Vaud) en 2001, Sion (Valais) en 1986 ou encore La-Chaux-de-Fonds (Neuchâtel) en 1972, c’est la candidature d’Estavayer-le-Lac, dans le canton de Fribourg, qui a été retenue pour cette 44e édition.

Mais en réalité, les compétitions se dérouleront sur des terrains mis à disposition par la base aérienne militaire de Payerne, dans le canton de Vaud, à environ 7 km d’Estavayer. La ville fribourgeoise organise vendredi 26 août une cérémonie d’ouverture qui remplacera le traditionnel cortège folklorique.

D’autres chiffres encore témoignent de l’ampleur de l’événement : un budget de 25 millions de francs, 4000 bénévoles, une place de fête de 90 hectares, un camping de 20’000 places… L’arène qui accueille les compétitions de lutte a une capacité de 52’016 personnes, ce qui en fait le plus grand stade (éphémère) du pays.

La lutte suisse ou lutte à la culotte est un sport très ancien attesté depuis le 13e siècle. Elle était à l’origine pratiquée essentiellement par les paysans des zones alpines. Après avoir pratiquement disparu, la lutte suisse s’est muée en sport national au cours du 19e siècle, parallèlement au développement d’un sentiment national.

Cette forme de lutte est appelée lutte à la culotte parce que les combattants se tiennent par une culotte en jute portée sur leurs habits. Le combat se déroule sur une surface circulaire recouverte de sciure de bois. Le but est de projeter l’adversaire au sol et de lui maintenir les omoplates à terre. Le résultat dépend également de notes attribuées par un jury de trois personnes.

Lutte

La lutte suisse est plus sophistiquée qu’elle n’y paraît au premier abord. Elle comprend une centaine de prises, bien que cinq seulement soient le plus souvent utilisées.

Outre la lutte à la culotte, la Fête fédérale des jeux alpestres comprend encore deux autres disciplines. La première consiste à lancer une pierre le plus loin possible, et se décline en plusieurs compétitions : le lancer de la pierre de 20 kg avec élan, le lancer de la pierre de 40 kg sans élan et le lancer de la pierre de 83,5 kg (la célèbre pierre d’Unspunnen, du nom d’une prairie au-dessus d’Interlaken, dans le canton de Berne) avec ou sans élan.

La deuxième discipline, le hornuss, est un sport d’équipe, que l’on pourrait voir comme un mélange de golf et de base-ball. Une équipe lance une sorte de palet nommé hornuss (frelon en allemand) en le frappant avec une longue tige flexible. L’équipe adverse tente d’intercepter le projectile avec des palettes de bois. Si le projectile atterrit dans l’aire de jeu sans avoir été intercepté, l’équipe des intercepteurs est pénalisée et ces pénalisations déterminent le score des frappeurs.

La Fête fédérale de lutte cultive un côté populaire et amateur. Il n’est donc pas question d’argent pour récompenser les participants aux diverses joutes sportives. La tradition veut que les prix soient remis en nature. C’est ainsi que le «roi de la lutte» reçoit un taureau d’une valeur de 20’000 francs.

Le taureau qui sera remis au roi de la lutte prend la pose avec son vacher et Lauriane Sallin, Miss Suisse 2016. (Keystone)Le taureau qui sera remis au roi de la lutte prend la pose avec son vacher et Lauriane Sallin, Miss Suisse 2016.

Mais ce côté amateur est sérieusement écorné par la présence très visible des différents sponsors. Ceux-ci sont évidemment absolument indispensables pour assurer le financement, car le budget d’une Fête fédérale de lutte est de nos jours de l’ordre de 25 millions de francs.

Qu’elles soient culturelles ou sportives, les fêtes fédérales ont aussi des fonctions sociologiques. Il s’agit notamment de moments de communion nationale, de célébration d’une Suisse «éternelle».

Mais pour certains, cette célébration d’une Suisse alpine, traditionnelle et rurale n’est pas neutre d’un point de vue politique. Elle correspondrait pour l’essentiel à une Suisse idéalisée par la droite conservatrice. Au terme de la Fête fédérale de Berthoud, une partie de la presse dénonçait d’ailleurs cette «mise en scène de clichés helvétiques».

Source : Swissinfo.ch

Posted in Général | Comments Off on La fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres

Back to school!

AbécédaireAbécédaire

C’est la rentrée et c’est reparti pour un tour !

Posted in Général | Comments Off on Back to school!

Les temps changent !

HumourHumour

Posted in Général | Comments Off on Les temps changent !

Bonnes vacances !

Summer

Passez tous un bel été !

Posted in Général | Comments Off on Bonnes vacances !

Euro 2016

swiss-team-euro

Le coup d’envoi de l’Euro 2016 sera donné ce vendredi 10 juin 2016 à Paris. Une fois de plus, la Suisse se présentera sur le terrain avec l’équipe la plus multiculturelle du tournoi. Parmi les 23 joueurs présents, seuls 9 ne sont pas issus de l’immigration.

Après avoir raté l’édition 2012 de l’Eurofoot, la «Nati» – le surnom donné à la sélection nationale helvétique – fait son retour sur la scène continentale. Dans ses rangs, elle compte de nombreux talents nés dans des pays tels que le Cameroun, la Côte d’Ivoire ou encore le Kosovo.

En incluant l’entraîneur, les sélections suisse et française sont les plus multiculturelles parmi les 24 équipes qualifiées : 15 de leurs membres sont au bénéfice d’un passé migratoire récent. La «Nati» compte cependant deux fois plus de joueurs nés à l’étranger que la sélection de Didier Deschamps.

Alors qu’un tiers de la sélection helvétique n’a pas de racines étrangères, un autre tiers est formé de joueurs issus de l’ex-Yougoslavie. Quatre joueurs ont des racines au Kosovo, qui est devenu depuis le 3 mai un membre à part entière de l’UEFA. Il faudra désormais voir ce que cette reconnaissance officielle signifie pour l’équipe de Suisse. Certains observateurs craignent en effet que des piliers de la «Nati» ne fassent le choix de porter les couleurs de leur patrie d’origine.

Samedi 11 juin 2016, pour son premier match du tournoi, la Suisse affrontera l’Albanie. Une confrontation toute particulière pour la famille Xhaka : Granit portera en effet le maillot de son pays d’accueil, la Suisse, tandis que son frère Taulent jouera dans l’équipe de sa patrie d’origine, l’Albanie.

FUSSBALL

L’équipe de Suisse :

Entraîneur : Vladimir Petkovic
Gardiens : Yann Sommer, Roman Bürki, Marwin Hitz
Défenseurs : Johan Djourou, Nico Elvedi, Michael Lang, Stephan Lichtsteiner, François Moubandje, Ricardo Rodriguez, Fabian Schär, Steve von Bergen
Milieux de terrain : Valon Behrami, Blerim Dzemaili, Gelson Fernandes, Fabian Frei, Granit Xhaka, Denis Zakaria
Attaquants : Eren Derdiyok, Breel Embolo, Admir Mehmedi, Xherdan Shaqiri, Haris Seferovic, Shani Tarashaj

Posted in Information | Comments Off on Euro 2016

Le tunnel de base du Saint Gothard

Le site swissinfo.ch présente les chiffres extraordinaires du plus long tunnel ferroviaire du monde. Voici son article et ses infographies.

L’attente aura été longue. 17 ans pour être précis. Aujourd’hui, le compte à rebours entre dans sa phase finale. Le 1er juin 2016, on procédera à l’inauguration officielle du tunnel de base du Saint Gothard. L’événement réunira des parlementaires suisses et étrangers, des ministres, des chefs d’Etat et de gouvernement et des représentants des organisations internationales.

Traverser les Alpes n’a a jamais été aussi rapide. Grâce à un tracé presque exclusivement à plat et à des trains qui peuvent atteindre 250 km/h, la nouvelle liaison ferroviaire du Gothard permettra de de traverser les Alpes suisses et de relier Erstfeld, dans le canton d’Uri, à Biasca, au Tessin, en seulement 20 minutes.

Comptant parmi les principales liaisons ferroviaires à travers les Alpes, le nouveau tunnel est le plus long du monde : 57 kilomètres creusés dans la roche de la montagne. Mais la longueur n’est pas le seul chiffre qui impressionne dans cet ouvrage pharaonique.

Parmi les diverses étapes de la réalisation du tunnel, une date en particulier est entrée dans l’histoire : le 15 octobre 2010. Ce jour-là, dans les entrailles de la terre, entre Sedrun et Faido, le tunnelier a fait tomber le dernier rideau de rocher du tube est. Il était 14 heures 17 et la Suisse venait d’achever le percement du plus long tunnel ferroviaire du monde. Un record qui va tenir encore quelques années.

Les chiffres du Gothard

Le Saint-Gothard n’est pas un nouveau venu en matière de records. Long de 15 kilomètres, le premier tunnel ferroviaire, ouvert en 1882, fut un temps le plus long du monde, jusqu’à l’ouverture du tunnel du Simplon en 1906. Le tunnel routier du Saint-Gothard (16,9 km), inauguré en 1980, a aussi été le plus long du monde avant d’être détrôné par le tunnel de Laerdal (24,5 km) en Norvège.

L’inauguration du tunnel de base du Saint-Gothard marque un nouveau record : 57,104 km creusés dans la roche. Un record appelé à résister plusieurs années, étant donné que les grands ouvrages en construction, comme le tunnel de base de la ligne Turin-Lyon, seront plus courts de quelques mètres.

railway-tunnels

Au total, les machines et la dynamite ont permis d’extraire de la montagne plus de 28 millions de tonnes de matériaux. A quoi correspond une telle quantité? Et qu’est devenue la roche ainsi extraite ? Les anciens Egyptiens auraient pu en faire six pyramides de Chéops. Les Suisses modernes ont préféré créer, parmi diverses choses, des digues et des îles artificielles.

Une grande partie du travail a été faite par Sissi, Heidi et Gabi. C’est ces petits noms affectueux que les mineurs ont donné aux gigantesques tunneliers utilisés sur le chantier de percement du Gothard.

Un dixième environ du matériau excavé (2,6 millions de tonnes) a servi à un projet ambitieux: la restauration de zones humides sur les rives du Lac des Quatre Cantons, dégradées par l’extraction de gravier. En outre, près de Flüelen, dans le canton d’Uri, on a créé six petites îles, pour la baignade et pour la protection de nombreuses espèces d’oiseaux.

Gothard

Sur le chantier du plus long tunnel au monde, les ingénieurs n’ont pas toujours été à la fête. Il leur a fallu relever bien des défis – pression de la roche, températures élevées, dégagement de millions de tonnes de pierres. Sans oublier les caprices de Mère Nature.

«Pour réaliser un projet aussi énorme, il faut créer plusieurs sites, parce que si vous voulez commencer à une entrée et terminer à la sortie, il faut au moins vingt ans pour construire tout le système», explique Heinz Ehrbar, responsable du chantier pour Alptransit.

«C’est pourquoi nous avons en tout cinq sites différents, avec Erstfeld et Amsteg au nord, Sedrun au centre et, à l’autre extrémité, Faido et Bodio. Ce qui a permis de diminuer de moitié la durée du forage.»

Les Chemins de fer fédéraux (CFF) n’ont pas de doutes : le tunnel ferroviaire du Saint-Gothard est sûr sous tous les points de vue, que ce soit pour les passagers ou les marchandises. Les deux tubes monodirectionnels évitent les collisions et différents systèmes de détection s’activent en cas d’incendie, de fuite de gaz, de surchauffe des axes des wagons ou de déplacement de la charge. Les trains qui ne sont pas aux normes sont arrêtés avant d’entrer dans le tunnel.

Tous les 325 mètres, deux galeries latérales relient les deux tubes et permettent aux voyageurs d’accéder rapidement à des zones protégées en cas d’urgence. En cas d’incident, la fumée est aspirée à l’extérieur et de l’air frais injecté.

Il y a aussi des gares d’arrêt d’urgence tous les 20 km, d’où les personnes peuvent s’échapper et être évacuées en cas d’incendie ou d’accident. «Le système atteint au total plus de 150 km de structures souterraines, et le chantier a été conséquent», ajoute Heinz Ehrbar.

Si un train déclenche une alarme, le convoi est automatiquement conduit vers l’une des deux gares de secours (Sedrun ou Faido) qui sont équipées de systèmes de ventilation, de sauvetage et de signalisation.

Pour construire le tunnel, il a fallu forer et faire exploser la roche, en utilisant des tunneliers géants (TBM) pour effectuer environ 60 % du travail. On estime qu’il a fallu excaver quelque 24 millions de tonnes de roche pour réaliser ce tunnel à 9,74 milliards de francs.

alptransit-jpg

La conception d’un tunnel aussi long, large et profond a présenté des défis particuliers. «Les profondeurs posent beaucoup de problèmes, comme la pression rocheuse, ou celle provoquée par des masses d’eau, ainsi que les hautes températures», explique Kalman Kovari.

Ainsi, le problème de la température a-t-il pu être résolu en faisant baisser la température de l’air de 45 à 28 degrés grâce à un système de circulation d’eau, afin de faciliter la tâche des ouvriers.

La géologie variée des Alpes – la roche peut passer de la dureté du granit à la mollesse du beurre – a aussi été un défi. «Nous savions que le travail d’excavation se heurterait à des zones très difficiles», ajoute l’ingénieur.

Les tunnels de base du Gothard et du Ceneri (terminé fin 2019) forment une ligne ferroviaire ultramoderne qui atteint au maximum 550 mètres d’altitude, alors que le point le plus haut de la route actuelle atteint 1150 mètres.

Le trajet du nord au sud de la Suisse sera plus plat, plus court de 40 km, et donc plus rapide. Les trains marchandises pourront quant à eux être plus longs, deux fois plus lourds qu’actuellement (4000 tonnes) et deux fois plus rapides.

Avec le tunnel de base du Lötschberg (ouvert en 2007), ces deux tunnels sont l’élément central des Nouvelles Lignes Ferroviaires Transalpines et l’un des plus importants chantiers du monde.

Le coût total devrait atteindre les 18 à 20 milliards de francs (9,74 milliards pour le seul Gothard).

Milan périphérie de Zurich ? Avec l’entrée en service du tunnel de base du Saint-Gothard et l’achèvement de l’ensemble de la ligne, en particulier du tunnel du Monte Ceneri, la capitale économique de la Suisse et le chef-lieu de la Lombardie seront plus proches. Le voyage en train durera moins de trois heures (contre quatre actuellement).

Dans un contexte plus large, la ligne du Saint-Gothard représente l’une des principales liaisons à travers les Alpes et l’un des corridors ferroviaires les plus importants d’Europe pour le trafic des passagers et des marchandises.

Mais le succès de l’ouvrage et la possibilité de transporter les marchandises entre la Mer du Nord et la Méditerranée ne dépendent pas seulement des travaux effectués en Suisse. Dans les pays limitrophes, les lignes d’accès au Saint-Gothard doivent être adaptées et agrandies.

Chantier du siècle, chef-d’œuvre de l’architecture ferroviaire, joyau de la Suisse pour l’Europe: le nouveau tunnel de base du Saint-Gothard est l’ouvrage de tous les superlatifs. Mais surtout le fruit du travail de centaines de mineurs, ouvriers et ingénieurs, pour la plupart étrangers, qui dans des conditions extrêmes – avec des températures de presque 40 degrés Celsius – ont travaillé jour et nuit pendant 17 ans. Un travail non sans risques qui a coûté la vie à neuf personnes.

Pour voyager dans le plus long tunnel du monde, il faudra toutefois s’armer d’un peu de patience. Les CFF ont mis en place un train spécial pour le public, surnommé «Gottardino», qui circulera (tous les jours excepté le lundi) entre Flüelen, dans le canton d’Uri, et Biasca, au Tessin, d’août à septembre.

Ce ne sera cependant qu’à la fin de l’année, plus précisément le 11 décembre, date de l’entrée en vigueur du nouvel horaire ferroviaire, que le tunnel de base sera ouvert au trafic régulier. Grâce au nouveau tube, le voyage en train sur l’axe nord-sud sera réduit d’une demi-heure.

Posted in Economie | Comments Off on Le tunnel de base du Saint Gothard

New York city

NYC

Voici une des photos sélectionnés pour remporter le concours du Photographe de l’année pour le National Geographic Traveler. C’est une prise de vue des gratte-ciel de la ville qui ne dort jamais : New York.

Posted in Géographie | Comments Off on New York city