Faire connaissance

Début d’année avec les 9 VP : prendre l’air pour se découvrir autrement. 

Posted in Général | Comments Off on Faire connaissance

Cahier culturel

Les élèves de 9 VP vont commencer un cahier culturel afin de garder une trace de toutes les activités qu’ils ont l’occasion de mener hors du temps scolaire : balades, voyages, musées, expositions, cinéma, lectures…

Ces activités seront compilées dans le cahier sous forme de textes accompagnés de photographies, dessins, collages et tout autre document.

Nous prendrons un temps collectif en classe pour rédiger les textes et ce moment sera prolongé à la maison. C’est l’occasion d’explorer sa créativité et de trouver du plaisir dans la rédaction.

C’est aussi dans ce cahier que les élèves incluront les fiches de lecture des livres empruntés à la bibliothèque. Celles-ci feront l’objet d’une note (TS) chaque semestre.

Voici quelques-uns des cahiers des élèves.

Posted in Français 9e | Comments Off on Cahier culturel

Prix RTS Littérature Ados

Les 9 VP vont embarquer cette année dans une aventure littéraire. La classe est en effet inscrite pour participer au Prix RTS Littérature Ados.

Nous allons découvrir une sélection de cinq romans qui sont en lice pour ce prix. Les livres circuleront entre les élèves et chacun, à son rythme, pourra en lire un ou plusieurs.

Nous constituerons un club de lecture où nous pourrons discuter à mesure des romans et proposer différentes productions : des fiches de lecture pour publier sur le blog des 3 vallons, des quiz,  de nouvelles couvertures de romans, etc.

Parmi les élèves qui auront lu toute la sélection, nous désignerons deux délégués pour représenter le collège de Vallorbe lors du jury cantonal.

Les jurys cantonaux, qui réunissent les délégués des clubs de lecture, se rencontreront en février 2018. A l’issue de la séance, le jury élira le meilleur livre pour son canton et
désignera un représentant qui se rendra à Genève pour les délibérations finales.

En mars 2018, 7 jurés issus des 7 cantons romands se retrouveront à la Radio Télévision Suisse pour les délibérations finales. Ils éliront le lauréat du Prix RTS Littérature Ados.

Le Prix RTS Littérature Ados sera remis dans le cadre du Salon du Livre et de la Presse de
Genève en avril 2018.

D’ici là, bonne lecture à tous !

Posted in Français 9e | Comments Off on Prix RTS Littérature Ados

La colonisation en 1914

Clique sur l’image pour l’agrandir.

Posted in Histoire 11e | Comments Off on La colonisation en 1914

La colonisation au XIXe siècle

Cliquez sur l’image pour qu’elle apparaisse en grand format.

Posted in Histoire 11e | Comments Off on La colonisation au XIXe siècle

Les différents genres de roman

Quelle est la visée (le but) d’un texte ?

 

 

Posted in Français | Comments Off on Les différents genres de roman

Zoom à l’infini

Arkadia Zoom

Nikolaus Baumgarten est un illustrateur et codeur qui réalise des images que l’on peut faire zoomer indéfiniment. Voici quelques exemples de son travail.

http://arkadia.xyz/

http://zoomquilt.org/

Magique et hypnotique n’est-ce pas ?

Posted in Général | Comments Off on Zoom à l’infini

Construire la carte de ses loisirs

Voici une carte des activités pour faire le tri dans nos loisirs. Les activités sont classées en fonction des verbes :

  • faire de…
  • jouer à…
  • jouer de…
  • et les verbes qui ne sont pas suivis d’une préposition

Page extraite du livre de Marion Charreau, Le français vu du ciel.

Voici quelques précisions pour vous aider à construire votre carte.

Le papier : on utilise de préférence une feuille blanche dans le sens horizontal.

Le cœur : il doit se trouver au centre de la feuille pour une bonne gestion de l’espace. Il mesure environ 5 x 5 cm pour une feuille A4. On doit lui accorder de l’importance car c’est lui qui donne l’impulsion, qui fait respirer notre carte. Il convient aussi de dessiner une image.

Les branches : elles sont organiques par défaut, elles s’inspirent des formes de la nature. Leur inclinaison maximum est de 45° (il faut éviter la verticalité pour une question de lisibilité). La répartition des branches doit être harmonieuse tout autour du cœur. Pour gagner de l’espace, la longueur de la branche est la même que celle du mot.

Les mots : on met un seul mot par branche. Il s’agit d’un mot-clé. Les mots doivent être lisibles et se trouver sur les branches. Si l’on veut noter une phrase, on peut « l’enfermer » dans un « matériau » (pancarte, bulle, parchemin, bannière…).

Les images : ce sont des pictogrammes simples et évocateurs qui renvoient à l’information. Ils peuvent se référer à des choses concrètes ou abstraites, ils peuvent être métaphoriques.

Les couleurs : il n’y a pas de code. Toutefois, les couleurs servent la lisibilité de votre carte. Elles peuvent vous permettre de différencier l’info (une couleur par branche), de l’homogénéiser (une couleur par niveau hiérarchique), ou encore de créer des liens (un même type d’info avec une couleur spécifique qui lui est réservée).

La mise en scène : on peut utiliser le relief, les ombres, le zonage (colorier le fond de carte) ou des lettrages différents pour mettre en valeur certaines informations.

Le matériel : faites-vous plaisir ! Procurez-vous des outils (stylos, feutres, crayons de couleur, papier, carnet de pages blanches) avec lesquels vous êtes à l’aise !

Posted in Français 9e | Comments Off on Construire la carte de ses loisirs

Inspiration

The fainter part of the milky way's centre, which is home to Orion as well as Sirius, the brightest star in the night sky

Il faut toujours viser la lune car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles. Oscar Wilde

This is my home where I captured by the wonder and awe of it's brilliance and infinite universal love.. J- the wellness tree.

 

Posted in Général | Comments Off on Inspiration

Sensation

Beautiful early morning ~

Sensation

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, – heureux comme avec une femme.

Arthur Rimbaud, Cahiers de Douai.

Dartmoor National Park, Devon

Commentaire rédigé
C’est avec ce court poème de deux quatrains que Rimbaud commence alors qu’il n’a pas encore 16 ans ses premiers exercices de poésie. A cet âge notre jeune poème a encore des sensations que ressentent bien des jeunes de cet âge, la quête d’un premier amour, le bonheur dans la nature, les promenades romantiques.

1-Un rêve d’adolescent fugueur
Le jeune poète annonce son projet pour l’été qui arrive, il ira dans les sentiers, au cœur de la nature pour laisser travailler tous ses sens, le toucher, l’odorat. Étrange titre que celui de sensation au singulier que l’on retrouve plutôt au singulier dans faire sensation, on peut aussi bien entendre ce titre dans ce sens, faire sensation en fuguant. La référence spatio-temporelle du premier vers évoque des paysages idylliques comme souvent en rêvent les adolescents, des ciels bleus d’été de romances amoureuses, des paysages sauvages, déserts. Les futurs, les pluriels indiquent la multitude des idées de destination possible et leur réalisation dans un avenir imprécis, on sait que ce sera l’été sans autre précision, la période des vacances scolaires car notre jeune poète est toujours scolarisé.

2 – Bonheur et liberté
La liberté est inséparable de la notion de bonheur. Il y a toujours un départ chez notre bohémien, un affranchissement des contraintes, un éloignement de la famille, une errance. Ce départ est mis en relief dans le premier quatrain par des assonances en é, voyelle ouverte, pour traduite l’ouverture nécessaire à ce départ. J’irai au futur marque bien la décision volontaire de partir, de ne pas rester où il séjourne actuellement, chez ses parents, le Rimbaud fugueur apparaît déjà dans ces premières lignes. Cette liberté suppose un espace affranchi de toutes limites, qu’évoque le vagabondage, loin des routes et des chemins traditionnels fréquentés. Il ira par les sentiers, ces marques de passage à peine perceptibles à la lisière des champs, foulant même la végétation si nécessaire. Son départ se fera loin des autres, seul. Son voyage s’apparente à une fugue, il n’a ni destination ni durée précise, il veut aller, au hasard, très loin, vers une sorte d’infini, de voyage sans retour. La nature lui tient lieu de protection, elle est douce, ce sont des soirs bleus d’été avec un peu de fraîcheur aux pieds. Cette nature se prête, par les sensations visuelles et auditives qu’elle suscite, aux rêves et aux désirs, l’amour infini lui montera dans l’âme. Cette nature douce prend l’apparence d’une femme maternelle qui accueille l’enfant fugueur et lui offre l’assurance d’une complicité immédiate. Par la nature, il retrouve le même bonheur amoureux qu’avec une femme.
L’auteur se rêve en vagabond, comme un bohémien, une sorte de sans domicile fixe condamné à l’exil et à une errance sans fin dans cette nature accueillante qu’il traverse, parcourt dans tous les sens. La répétition de l’adverbe loin indique bien la détermination de Rimbaud dans sa fugue.

3 – Femme et nature
Le rapport avec la Nature (que Rimbaud écrit avec une majuscule pour la personnifier ou la diviniser, à la manière des Romantiques) est décrit comme une forme d’amour, “Et l’amour infini me montera dans l’âme”. La nature est assimilée à une femme, ” heureux comme avec une femme”. Le rapport entre l’homme et la nature en dehors du rapport amoureux est un rapport d’équilibre, que l’on retrouve dans le même nombre de rimes masculines (sentiers/pieds, rien/bohémien) que de rimes féminines pleines de délicatesse ( menue/nue, âme/femme). La disposition particulière en rimes croisées masculine d’abord et féminine ensuite donne au poème l’idée d’un croisement, d’une rencontre non seulement entre l’adolescent et la nature mais aussi avec l’amour. L’atmosphère douce et musicale de la nature donne une impression de bien-être et de bonheur qui rappelle étrangement le bonheur amoureux. Cet amour, c’est le bonheur de la rencontre, de l’entente, de l’harmonie avec la nature qui remplace une femme.

Comme le suggère en outre le titre, l’image que l’adolescent se fait du bonheur est essentiellement sensuelle, subjective, individuelle et n’exige pas d’autre présence. Les sensations tactiles qui sont les plus souvent citées, “picoté”, “fouler”, “baigner”, “fraîcheur”, exigent un contact physique avec la nature, ces sensations ne peuvent exister que par le déplacement et non le rêve. Toute réflexion, toute conscience est exclue, “Je ne parlerai pas ; je ne penserai rien” vise à placer notre fugueur au cœur de la nature, dans sa plénitude sensorielle. Le bonheur est à ce prix, à la sensation pure, brute, non réfléchie ou imaginaire, voire pervertie par une interprétation subjective. On assiste par l’organisation syntaxique du dernier quatrain a une ascension progressive vers une exaltation sensorielle qui atteint son apogée au dernier vers. Le but, un équilibre matérialisé par le double tiret “heureux comme avec une femme”, c’est un état d’harmonie, de bonheur parfait comparable à celui que l’on peut rencontrer après d’une femme qu’on aime.

Conclusion
Dans ce court texte, on peut retrouve les sentiments d’une âme adolescente à la recherche du bonheur, le désir de s’évader du milieu familial, de se libérer des contraintes, de vagabonder dans la nature, de voyager. L’éveil de la sensualité s’exprime dans la quête de sensations que Rimbaud par timidité peut-être préfère trouver auprès de la nature qu’auprès d’une compagnie féminine.

http://rimbaudexplique.free.fr/poemes/sensation.html

Posted in Français | Comments Off on Sensation